Horemheb

horemhebHoremheb (Horus-en-fête) (1340-1314 av. J.-C.), ancien général et ami d'Akhenaton. Ce souverain, comme Ramses II plus tard, tente de faire disparaître toute trace de l'époque monothéiste. Il renie son ancienne religion atonienne - il trahit Akhenaton - et en détruit toute trace. Horemheb a un règne qui marque deux fins, celle de la XVIIIe dynastie et celle de l'Époque amarnienne. Ses premières traces remontent lorsqu'il était général des armées du roi Amenhotep IV (Akhénaton). Il soutint le chétif Toutankhamon sur le trône avec l'aide du grand prêtre divin Aÿ. À la mort de l'enfant-roi vers 18 ans, d'une blessure à la tête, Aÿ se proclame pharaon et prend pour épouse la femme de Toutankhamon.Le prêtre-pharaon est déjà vieux, et il s'efface très vite, et on perd la trace de la jeune Ankesenamon (aurait-elle trahi sa patrie? Se serait-elle suicidée?) Entre en scène Horemheb, légitimé par son mariage avec Moutnedjemet, peut-être la sœur de Néfertiti.Il signe la paix avec Mursil II le roi des Hittites. Il endigue la misère générale en réprimant avec rigueur la corruption administrative.Le pouvoir passe des pharaons « civils » aux pharaons « militaires », c'est-à-dire issus du corps des généraux (comme après lui Ramses Ier). La réorganisation administrative — reprise en main du pouvoir — est gravée sur la stéle dite du rétablissement, stèle vraisemblablement usurpée à Toutankhamon.