Khépri

Les ancêtres lointains avaient nommé « kheprer » cet insecte, or quand vint l’écriture le scarabée fut bien utile pour noter un terme aussi abstrait et complexe que « venir à l’existence » (= kheper). Pour les anciens « venir à l’existence », « être » et « devenir » furent associé aux idées de génération spontanée et de renouvellement dont le scarabée était étroitement associé.Culte : Il fut particulièrement vénéré à Héliopolis, centre de culte solaire. Le culte de Khepri à toujours était célébré, il est figuré dans la tombe de Ramsès Ier et de Nefertari sous la forme d’un homme dont la tête est remplacée par un scarabée tout entier. Des milliers de scarabées de diverses tailles garnissent les vitrines des musées, des scarabées colossaux furent édifiés dont le plus connu aujourd’hui est celui d’Aménophis III prés du lac sacré à Karnak. De nombreux pharaons possèdent le scarabée dans leur deuxième nom, il exprime une manifestation : Kamosé, les Aménophis, les Thoutmosis, Akhenaton, Toutankhamon ainsi que des pharaons de la XXIème dynastie.Iconographie : Scarabée stercoraire (scarabaeus sacer), ailé ou non ; les Égyptiens ont quelques fois représentées à l’arrière du scarabée le signe «chen» ou «chenou»; homme dont la tête est remplacé par un scarabée (ailée ou non); Homme qui porte sur la tête un scarabée. Selon Bonnet (1971), il peut, comme dieu primordial, sous la forme d'un serpent.Histoire : On connaît Khepri depuis au moins de la 5ème dynastie (2494-2345 av J-C) des Textes des Pyramides, où l'on ordonne au soleil d'apparaître sous la forme de Khepri. Cependant, il peut avoir été l'un des premiers dieux Egyptiens. On a découvert des objets ressemblant à des scarabées datant de la période néolithique (7000-5000 av J-C).dieux khepri
Khépri
Durant l’Ancien Empire, Khepri apparaît comme le dieu solaire tout au long de sa course, ce rôle sera modifié par la suite.Khépri devient un dieu primordial; un démiurge qui s’est lui même créé, dans les textes des Pyramides il est dit : «Salut à toi Khepri. Celui qui est venu à l’existence par lui même. Tu viens à l’existence en ce tien nom de Khépri» .Les croyances se modifièrent avec le temps sous l’impulsion des divers clergés, Khepri perdit aussi de son individualité pour ne plus être qu’un des aspects, un des « khéperou » du dieu solaire Ra (Amon par la suite). En effet, à l'Epoque Archaïque, Khepri était considéré comme une manifestation d'Atoum (dans ce cas-là, c'est un scarabée à tête de bélier) et plus tard, il fut identifié à Ra, dont il ne pouvait cependant représenter qu'une seule phase : bien que Khepri, durant l’Ancien Empire, apparut comme un dieu solaire tout au long de sa course, son rôle évoluera pour devenir uniquement le soleil naissant. Dans la course nocturne le soleil est Atoum, Khepri au matin et Ra dans la couse diurne. A la même époque que Khepri et également à Héliopolis apparaît Atoum, il était à l’origine un dieu chthonien. De dieu chthonien Atoum acquit un caractère solaire et son assimilation à Khepri fut faite pour devenir Atoum-Khépri. Dans les textes des Pyramides il est dit: «Atoum-Khépri tu as culminé sur la butte...». Par la filiation Atoum-Khépri est très proche d’Osiris mais également par le mythe. Lorsqu’on découvrit la tête d’Osiris à Abydos un scarabée en sortit. Abydos porte le nom de «ville du scarabée», à Edfou un sanctuaire d’Osiris était appelé, «le château du scarabée». Dés les textes des Pyramides il y a une assimilation entre le pilier «djed» et le scarabée : «puisse tu vivre comme le scarabée, stable comme le pilier djed».Osiris tué par Seth fut dépecé en 14 morceaux et ceux ci éparpillés à travers l’Égypte. Le nombre 14 est en rapport avec les cycles lunaires, 14 est égal à une demi-lunaison, 28 évoque aussi le cycle mensuel féminin. Or, le démembrement naturel du scarabée se compose de 14 parties : la tête, le prothoron, le méso-métathorax, l’abdomen, les deux élytres, les deux ailes et les six pattes. Le scarabée fut aussi lié au sphinx, lion à tête humaine, comme le sphinx de Guiza appelé « la grande statue de Khepri ». Du Nouvel Empire l’on connaît des « scarabées de cœur » en forme de sphinx avec des pattes ou des bras humains et tête humaine. Le lion est un animal solaire au même titre que le scarabée. Sur la stèle érigée devant le sphinx de Guiza le roi se qualifie de « héritier excellent de Khepri » reprenant le titre de « fils de Khepri » que se donnaient les pharaons de l’Ancien Empire.

Un dieu créateur, solaire, chtonien et funéraire ; la boule d'excrément : Le scarabée est un dieu créateur pour les Egyptiens du fait de leur sens de l'observation et de la projection faite à partir du sujet observé : le scarabée stercoraire (Scrabeus sacer) sort d'une boule d'excrément (protégeant l'oeuf et la larve), qu'il pousse ensuite. Cela rapelle à la fois l'insecte (et le dieu) qui s'est lui même crée, mais aussi le dieu qui pousse le soleil devant lui, d'où la vénération du scarabée sous le nom de Khepri "Celui qui sort de la Terre", nom ayant la même sonorité que le concept signifiant "venir au monde sous une forme donnée". A noter que la couleur noire du scarabée est celle de la terre fertile et évoque la vie jaillissant du néant. L’action de pétrir sa boule qui donnera la vie est un acte réalisé également par le dieu bélier Khoum, dieu créateur de la vie, générateur des espèces vivantes modelant sur son tour l’œuf dont toute vie doit sortir. Dans le chapitre LXXXVdu Papyrus d'Ani, il est écrit : "Je me suis crée moi-même au milieu des eaux primitives (Noun) sous le nom de Khepri"Dieu solaire par exellence, dès l'Epoque Archaïque, il est identifié à Atoum à Héliopolis, et en tant que dieu solaire naissant, il est doté d'ailes de faucon, ce qui le met en rapport avec toute la gent volatile et comme les oiseaux il occupa une place importante dans la mythologie égyptienne. Comme dans la plupart des traditions le vol est en rapport avec le ciel, donc avec le séjour des dieux. La boule du scarabée était appelée par les Égyptiens «Nehepet » ou « Nehepou», ce mot a pour racine nehep qui signifie, "tour de potier". Une fois la boule confectionnée celle-ci est détachée de la bouse et l’insecte adopte une attitude et une démarche particulière pour la pousser sur une courte distance. Il progresse à reculons poussant la boule à l’aide de ses pattes postérieures ayant ainsi l’arrière corps plus haut que la tête. Les Égyptiens dessinaient la boule du bousier comme le soleil, c’est à dire à l’aide d’un disque, d’un cercle.L’enfouissement en terre de la boule après creusement d’un puits oblique et d’une chambre souterraine, donna au scarabée une nature en partie chthonienne.

Tout les matins, la naissance de Khepri était donnée par l'utérus ( c'est à dire l'horizon oriental) de la mère, Nout, déesse du ciel. Grâce à cette faculté lui permettant de renaître tous les jours, Khepri devint le symbole de la Resurrection. Ainsi, Khepri devint très tôt une divinité funéraire, représentant l'âme se relevant dans la mort, préparée à faire son voyage vers l'au-delà et à faire face à son jugement. Au Nouvel Empire, (1539-1070 av J-C), les textes funéraires des Papyrus dépeignent le scarabée comme symbole de pouvoir et de victoire de la vie sur la mort.

Vagne Constance